abattis


abattis

abattis [ abati ] n. m.
XIIe; de abattre
1Amas de bois abattu. Milit. Obstacle artificiel formé d'arbres abattus, de branchages. (1674) Région. (Canada) Abattis ou abatis : terrain (entièrement ou partiellement) déboisé, qui n'est pas encore essouché. « On traversa l'abatis du Colombier piqueté de souches, de recrus de plaines et de fougères brunes » (Savard). Faire un abattis. déboiser.
2Au plur. Les abattis : abats de volaille (tête, cou, ailerons, pattes, foie, gésier).
Fig. et fam. Bras et jambes. Loc. Numéroter ses abattis : se préparer à une lutte comme si on risquait de perdre l'intégrité et la disposition de ses membres. Tu peux numéroter tes abattis ! (menace).

abattis nom masculin Pierres abattues, décombres. Ensemble d'arbres abattus dans un bois, dans une forêt. ● abattis (homonymes) nom masculin abatis nom masculin abattis forme conjuguée du verbe abattre abattit forme conjuguée du verbe abattre abattît forme conjuguée du verbe abattreabattis nom masculin pluriel Pattes, tête, cou, ailerons, cœur, foie et gésier d'une volaille, ainsi que la crête et les rognons du coq. Populaire. Bras et jambes, mains et pieds de quelqu'un. ● abattis (difficultés) nom masculin pluriel Sens Ne pas confondre ces deux mots. 1. Abats = concerne un animal de boucherie (bœuf, veau, mouton, etc.). 2. Abattis = concerne la volaille. ● abattis (expressions) nom masculin pluriel Populaire. Numérote tes abattis, fais attention, sois prêt physiquement avant une lutte. ● abattis (homonymes) nom masculin pluriel abatis nom masculin abattis forme conjuguée du verbe abattre abattit forme conjuguée du verbe abattre abattît forme conjuguée du verbe abattre

abattis
n. m.
d1./d (Plur.) Abats de volaille.
d2./d (Québec) Terrain dont on a abattu les arbres et dont on n'a pas encore arraché les souches. (On écrit aussi abatis.)
(Guyane) Exploitation agricole traditionnelle.
|| (Nouv.-Cal., Wallis-et-F.) Sabre d'abattis: sabre utilisé à diverses fins et spécial. pour le débroussage. Syn. (Vanuatu, vieilli) coupe-coupe.

⇒ABATTIS, ABATIS, subst. masc.
Action d'abattre; ce qui est abattu.
A.— [Suivi ou non d'un compl. désignant un mur, et empl. au sing. ou au plur.] :
1. Abatis :les pierres qu'on a détachées et fait tomber.
GATTEL 1797.
2. A mesure que nous avancions vers Niagara, la route, plus pénible, étoit à peine tracée par des abatis d'arbres : ...
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Voyage en Amérique, en France et en Italie, t. 6, 1827, p. 47.
3. Monument admirable, unique ici, le digne pendant conservé des plus belles constructions des grandes époques. On démolit tout autour, c'est un immense abatis, qui rappelle avec plus de désordre la démolition des vieux quartiers de Paris.
E. FROMENTIN, Voyage en Égypte, 1869, p. 143.
4. Le voisin de Delacroix, un ancien marchand de vin, avait un mur qui gênait la vue du peintre. Il lui proposait, pour l'abattis de ce mur, une grosse somme qu'il refusait; ...
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1877, p. 1201.
5. Il tombe en pleine frénésie ... une scène sans nom! Les forts hommes des abatis et des coupes l'empoignèrent, à six, en détournant la tête, pour ne pas rencontrer ses regards, le ligotèrent sur une chaise (...).
J. DE LA VARENDE, Le Sorcier vivant, 1938, p. 51.
Rem. Except., le compl. désigne des pers. (emploi iron. ou péj.) ou des abstractions :
6. Ce lion [V. Hugo] ne ferait de vous [les académiciens] qu'une bouchée.
S'il s'y mettait jamais, quel horrible abatis
De Lilliputiens sous ses coups aplatis!
A. POMMIER, Crâneries et dettes, 1842, p. 40.
7. « ... l'abattis, en quelques semaines, de 54 préfets, de 38 secrétaires-généraux et de 125 sous-préfets. » (Aug. Vacquerie, le Rappel du 23 octobre 1877.)
L. RIGAUD, Dict du jargon parisien, L'Argot ancien et moderne, 1878, p. 2.
8. Ce fut comme un abatis d'arbres; tous tombaient les uns sur les autres.
V. HUGO, Quatre-vingt-treize, 1873, III, II, p. 3.
9. De tous ces préjugés par les siècles bâtis
On a fait de nos jours un immense abattis.
A. POMMIER, Colères, 1844, p. 19.
Canadianisme. ,,Dans les régions en voie de défrichement, terrain qui n'est pas encore complètement essouché.`` (G. DULONG, Canadianismes de bon aloi, Cahiers de l'Office de la langue française, n° 4, Gouvernement du Québec, 1969, p. 7) :
10. On traversa l'abatis du Colombier piqueté de souches, de recrus de plaines et de fougères brunes.
F.-A. SAVARD, Menaud, maître-draveur, 1937, p. 48.
MILIT. Obstacle artificiel formé d'arbres abattus :
11. La hauteur était défendue par des lignes de palissades, des abatis, des fossés, et flanquée de redoutes formidables.
ERCKMANN-CHATRIAN, Histoire d'un paysan, t. 2, 1870, p. 281.
12. Vous me demandez en conséquence de vous mettre en mesure de pouvoir donner l'assurance que, sur tous les points de notre front, l'organisation au moins sur deux lignes a été prévue et réalisée avec tous les renforcements indispensables en obstacles passifs (fils de fer (...) abatis, etc...).
J. JOFFRE, Mémoires, t. 2, 1931, p. 200.
VÉN. Sentier frayé par les fauves passant régulièrement par le même endroit.
B.— [Plus particulièrement en parlant de volailles; toujours au plur.] Synonyme de abats qui de nos jours s'applique de préférence aux autres anim. de bouch. :
13. ... trois dindes superbes, piquées de bleu comme un menton fraîchement rasé, dormaient sur le dos, la gorge recousue, dans l'éventail noir de leur queue élargie. A côté, sur des assiettes, étaient posés des abatis, le foie, le gésier, le cou, les pattes, les ailerons; ...
É. ZOLA, Le Ventre de Paris, 1873, p. 789.
14. Un bœuf entier sectionné en deux, pendu à l'arbre, et sur lequel s'escrimaient encore en jurant les quatre bouchers du régiment pour lui tirer des morceaux d'abatis. On s'engueulait ferme entre escouades à propos de graisses, et de rognons surtout ...
L.-F. CÉLINE, Voyage au bout de la nuit, 1932, p. 28.
C.— Emplois fam. ou arg.
1. Au sing., emploi fam. (cf. sup. ex. 7); emploi rare (cf. l'expr. abattre de la besogne, sém. abattre, A 4 ex. 17). Amoncellement d'obj. abattus :
15. Ce matin, levé à neuf heures. Lu le journal. (...) Déjeuné. — Écrit des lettres, — un abatis! ...
J. BARBEY D'AUREVILLY, Premier memorandum, 1838, p. 29.
2. Au plur., arg. (arg. des ateliers de peint.) Bras et jambes d'une pers., p. anal. avec les ailes et les pattes d'une volaille ou d'une bête :
16. Et d'un bond ils furent à la porte.
M. Frédéric la gardait! Dégringolé de son comptoir avec la soudaineté d'une avalanche, il barrait la sortie, de ses jambes écartées et de ses abatis en croix.
G. COURTELINE, Le Train de 8 h 47, 1888, p. 179.
17. L'intérêt de cette exposition, ce sont ses danseuses gravées (...), où l'on perçoit la vulgarité des abattis, la roture des attaches, le canaille des anatomies, le faubourisme des minois, les ascendances alcooliques des formes et des contours de ces fillettes dans leur métier de grâce, ...
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1896, p. 962.
3. Numéroter ses abattis. Être sur ses gardes contre les coups de son adversaire notamment au moment d'engager la lutte, comme si on risquait de ne pas retrouver, après le combat, la disposition de ses membres si on ne les marquait pas d'avance :
18. On y va, cette fois, ça y est. Numérotez vos abatis!
R. BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 30.
Prononc. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[abati]. Enq. :/abati/. 2. Homon. et homogr. — Homon. : abattit (il) du verbe abattre Homogr. : abattis (je, tu). 3. Dér. et composés : cf. abattre. 4. Hist. des formes. — On rencontre le mot sous sa forme graph. actuelle dès le XVe s. (cf. GDF., ex. de Waurin). Cette forme en vedette ds les dict. d'Ac. 1740, de Trév. 1752, 1771 et ds BESCH. 1845 ne l'emporte définitivement qu'à partir d'Ac. 1932, étant encore sous les 2 formes ds Lar. 20e. A son entrée dans la lang. au XIIe s., le mot se présente sous la forme abatis (un seul b et t, cf. ex. étymol.) qui apparaît régulièrement jusque ds DG et Lar. 20e (vedette abatis). Au XVIe s., on rencontre surtout la forme abbatis, avec redoublement de b, en vedette ds NICOT 1606, COTGR. 1611. Cette forme est encore en vedette ds Ac. 1694 et 1718. — Rem. FUR. 1690 (cf. sussi Trév. 1704, 1752, 1771) réserve 2 entrées à ce mot : Abateis : -eis, forme anc. du suff. -is (cf. étymol. et ex. GDF.) avec la rem. ,,vieux mot (...) il est hors d'usage``. Abatis : cf. sup.
ÉTYMOLOGIE
I.— Emploi actif. — 1130 « action de tuer (dans un combat), massacre » (Cour. Louis, éd. Jonchbloet, 2299 ds GDF. : La veissiez un abateiz fier Costes et bras et testes peçoier); apr. 1160 « id. » (Rou, éd. Andresen, III, 4094 ds KELLER, Et. vocab. Wace, 276b : Ranof vit le grant poigneiz E vit le grant abateiz).
II.— Emploi passif. — 1. 1173 « espace de la forêt où les arbres ont été taillés, taillis » (Aiol et Mirabel, éd. Förster, 4919 ds T.-L. : Je m'en irai avant se vous volés A cel abatëis que vous veés); 2. XIIIe s. « monceau de cadavres » (S. Graal, Bibl. nat., 2455, fol. 57a ds GDF. : Quant il vit ses compaignons mors si joint les pies et tressalt l'abaiteis qui estoit antor lui).
Dér. du thème verbal de abattre 1, sens propre; suff. -is (a. fr. -eïz, -eïs devenu régulièrement -is).
HIST. — Entré dans la lang. au XIIe s. (cf. étymol.), apparaît comme synon. partiel de abat à partir du XVe s. (cf. ce mot) et indique actuell. le résultat de l'action, princ. dans le vocab. techn. (bouch.) et dans la lang. arg., l'action elle-même étant plutôt sentie dans abattage (cf. ce mot).
I.— Disparitions av. 1789. — A.— « Action d'abattre ». 1. L'obj. est un animé : « massacre », 1re attest. 1130 (cf. étymol. I), NICOT 1606 : On dit aussi, en cas de guerre, Après une bataille faire grand abbatis. Cet emploi est auj. senti comme fig. (cf. sém. A). 2. L'obj. est un inanimé. — Attest. XVIe s. : Avec le fouet on ordonne l'abatis des cheveux, comme peine extraordinaire. É. PASQUIER, Recherches, [1546], VIII, 9, (Hug.). GATTEL 1797 ,,abatis, les bêtes tuées par les vieux loups`` paraît un arch. dont la vie est prolongée par le dict. B.— « Monceau de cadavres », 1re attest. XIIIe s. (cf. étymol. II 2), dernière attest. début XVIe s. : La mer fut tant orgueilleuse qu'elle monta à fleur de cette muraille, et en rua grant abbatys en mer. D'AUTON, Chron., Richel. [Bibl. Nat.], 5082, fol. 110b, (Gdf.). C.— « Partie de la forêt dont les arbres ont été abattus », 1re attest. 1173 (cf. étymol. II 1); FUR. 1690 le signale pour la 1re fois comme hors d'usage. Au XIXe s. et auj. peut-être région de l'Ouest (Fromentin, La Varende; cf. sup. ex. 5?) Cf. aussi sém. I A, canadianisme. D.— « Abattoir », FUR. 1690, Trév. 1752 : Les reglemens de Police portent, que les Tueries, ou Abattis des Bouchers seront hors les villes. (...) En cet endroit, il semble signifier le lieu où un boucher tue ses bestiaux. Ac. 1798. Encore ds cette accept. disparaît au XIXe s. (cf. BESCH. : ,,Ce mot avait anciennement l'acception d'abattoir.``)
II.— Sens attestés apr. 1789. — A.— « Action d'abattre; ce qui est abattu (chose ou animal) », 1re attest. XIIe s. (cf. étymol. II) (cf. sém. A) : XVIIe s. : Faire un grand abattis de gibier. Ac. 1694. XVIIIe s. : Il y a eu un grand abatis de maisons par le tremblement de terre. Il y a plusieurs abatis de pierre dans cette carriere. Trév. 1704. B.— P. ext. « obstacle artificiel », terme milit., 1re attest. fin XVIIe s. (FEW ca 1680) (cf. sém. A) : Les ennemis traversèrent les chemins par des abbatis des grands arbres. Ac. 1694. C.— « Chemin », terme de vén. (parfois synon. de abatture, cf. ce mot); 1655 (FEW) FUR. 1701 : Chemin que se font les jeunes loups, lors qu'en allant souvent au lieu où ils ont été nourris, ils abatent l'herbe. Encore ds Lar. 20e. D.— Synon. de abats (terme de bouch.), 1re attest. ds FUR. 1690, subsiste (cf. sém. B) : On dit aussi en cuisine, faire des potages d'abatis d'agneau, d'abatis de poulet d'Inde ... E.— « Membres » (d'une pers.), terme arg., ext. du précédent, apparu dans le vocab. de la peint. (1839) : Les pieds du genre de ceux que les peintres appellent des abattis étaient ornés. Cf. Numéroter ses abattis. BALZAC, Pierre Grassou (Quem.).
STAT. — Fréq. abs. litt. :66.
BBG. — Ac. Gastr. 1962. — BARB.-CARD. 1963 — BAUDR. Chasses 1834. — CHABAT t. 1. 1875. — CHESN. 1857. — DUMAS 1965. — JOSSIER 1881. — MONT. 1967.

abattis ou (vx) abatis [abati] n. m.
ÉTYM. XIIe; de abattre.
1 Vx ou techn. Le fait de s'abattre, d'être abattu. || Des abattis de maisons, leur démolition.Se livrer à des abattis de gibier.
1 Ce fut comme un abatis d'arbres; tous tombaient les uns sur les autres.
Hugo, Quatre-vingt-treize, III, II.
2 Par métonymie. Ce qui est abattu; ensemble de choses abattues.
2 C'était vraiment un extraordinaire hérissement de débris, un abattis de fer jeté de l'avant à l'arrière, sous un réseau de ronces géantes.
Roger Vercel, Remorques, p. 80.
(Fin XVIIe). Milit. Obstacle artificiel formé d'arbres abattus, de branchages.
(1674). Régional (Canada). || Abattis ou abatis : terrain entièrement ou partiellement déboisé, qui n'est pas encore essouché.
3 On traversa l'abatis du Colombier piqueté de souches, de recrus de plaines et de fougères brunes (…)
F.-A. Savard, Menaud, maître-draveur, p. 48, in T. L. F.
3 Rare. Action d'abattre (des arbres).Faire un abattis. Déboiser.
Fig. Le fait d'abattre (du travail); travail abattu.
4 Déjeuné. — Écrit des lettres, — un abatis !
Barbey d'Aurevilly, Premier memorandum, 1836-1838, p. 29.
4 (Au plur.; 1690). || Les abattis : les abats de volaille (tête, cou, ailerons, pattes, foie, gésier).
(1839; numéroter ses membres, 1802, in D. D. L.). Fig. et fam. Membres.Surtout dans des loc. Numéroter ses abattis : se tenir prêt à éprouver un dommage corporel (le plus souvent : dans une lutte, une rixe); compter ses bras et ses jambes (idée des membres épars qu'il faudra remettre en place et dans le bon ordre après la bataille). || Tu veux te battre ? Tu peux numéroter tes abattis !, formule de menace.REM. Le singulier est plus rare :
5 C'te chose-là, j'ai pas pu l'encaisser, mon vieux, j'y ai empoigné l'abatis au moment où i'foutait son riz en l'air et l'riz a dégouliné ici, dans la tranchée.
H. Barbusse, le Feu, t. II, XX, p. 25.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ABATTIS — n. m. Amas de choses abattues, telles que bois, arbres, pierres, maisons. On a fait un grand abattis de chênes dans cette forêt. Les ennemis embarrassèrent les chemins par de grands abattis d’arbres. Cette rue est bouchée par un abattis de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Abattis — Les abattis sont utilisés à la guerre pour maintenir à une distance de tir les ennemis aussi longtemps que possible. Abattis (ou abatis) est un terme lié à la fortification désigant un obstacle constitué des branches d arbres étendus en rangs,… …   Wikipédia en Français

  • Abattis — Abatis Ab a*tis, Abattis Aba t*tis, ([a^]b [.a]*t[i^]s; French [.a] b[.a] t[=e] ) n. [F. abatis, abattis, mass of things beaten or cut down, fr. abattre. See {Abate}.] (Fort.) A means of defense formed by felled trees, the ends of whose branches… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Abattis — I. abatis, abattis nm arbres coupés; clairière où ils se trouvent; syn : chapplée, tronchée. II. terrain défriché de manière sommaire (à la machette ou par le feu) et non essouché Martinique, Guadeloupe …   Glossaire des noms topographiques en France

  • abattis — [abati] n.m. Bras. Au pl. Membres (du corps humain). / Numérote tes abattis, se dit par défi avant la lutte …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • abattis — (entrée créée par le supplément) (a ba tî) s. m. Terme de fortification. Défense accessoire consistant en un amas d arbres entrelacés, liés ensemble et arrêtés sur le sol. ÉTYMOLOGIE    Même mot qu abatis, mais l usage a prévalu, dans les traités …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • abattis — n. abatis, barricade made of felled trees placed one on top of the other with their branches pointing out toward the enemy …   English contemporary dictionary

  • abattis — ab·at·tis …   English syllables

  • abattis —   n. barricade of fallen trees …   Dictionary of difficult words

  • abattis — noun a line of defense consisting of a barrier of felled or live trees with branches (sharpened or with barbed wire entwined) pointed toward the enemy • Syn: ↑abatis • Hypernyms: ↑line of defense, ↑line of defence * * * noun see abatis …   Useful english dictionary